Tataooine – 8

Après l’épisode de la tombe censée être la mienne, je battis froid Monsieur Moochagoo jusqu’au soir.

Néanmoins, le soir tombé, lorsque je le vis, nous eûmes une petite conversation.

Moi : Vous voilà seul ? Vous n’êtes plus entouré de vos sémillantes groupies ?

Moochagoo : Vous faites erreur, ces jeunes filles aiment bavarder avec moi, c’est tout. Elles ne sont pas là, car elles sont allées à une soirée entre filles.

Moi : Alors, allez-vous me donner des explications pour cette tombe ? Je pourrais dire comme Phèdre : « Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire, » mais je ne suis pas une nature à me plaindre, croyez-moi.

Moochagoo : Je vous vois plutôt en Marie Poppins. Sachez qu’en ce qui concerne cette tombe, c’est terriblement compliqué.

Moi : Rien qu’à vous écouter j’espère déjà une illumination. Vous allez m’expliquer que, « Le temps est un voleur, il vous dépouille de votre vie et la seule façon de la récupérer, c’est de jouer au plus malin avec lui et de la lui reprendre. » (Kate Atkinson).

Moochagoo : Pas du tout. Cette tombe est bien la vôtre, mais comme je vous l’ai dit, c’est très compliqué.

Moi (avec un sourire de moine moldave de Singapour qui professe secrètement l’apocatastase) : Rien ne va plus depuis que j’ai perdu ma patte de lapin.

Moochagoo : Près de la base des Coureuses des Sables, il existe un Vortex Quantique qui provoque des événements imprévus, sinon impossibles. On m’a prévenu que votre tombe était apparue subitement il y a huit jours. Cette apparition est lié au message codé, « Les Suise veulens être payé. » Ce message m’a conduit jusqu’ici. Vous voyez que je me préoccupe de votre santé !

Moi : Ma santé ! Six pieds sous terre !!!

Moochagoo : Votre tombe, c’est comme pour le Chat de Schrödinger. C’est seulement quand nous ouvrirons la tombe que nous saurons si vous êtes mort ou vivant. S’il n’y a rien dans le cercueil, c’est que vous êtes vivant. 

Moi : Oh là, surtout n’ouvrez pas la tombe ! 

chat-du-cheshire

Tataooine – 7

Les Coureuses des Sables nous emmenèrent à leur base, laissant le convoi des AT-ACT Walkers poursuivre sa route. C’était nous qu’elles étaient venu chercher.

Je devais surmonter un symptôme de manque de compréhension de la mission secrète de Monsieur Moochagoo. D’autant que je ne savais toujours pas ce que voulait dire la phrase cryptée, « Les Suise veulens être payé. »

Comme dit ma voisine : « Vous avez du manquer une bobine du film. »

Je crus avoir des hallucinations en voyant le groupe de Coureuses des Sables entourer en riant Monsieur Moochagoo. Alors que moi, qui avait tant souffert dans un combat rapproché avec un Stormtrooper, j’étais seul et abandonné, à me morfondre dans un océan d’incompréhension.

Monsieur Moochagoo me reprocha plus tard ma jalousie. Ces jeunes filles lui avaient fait un bon accueil tout à fait normal. Pour me relaxer, il me conseilla de prendre des cours de danses sacrées du ventre des moines B’omarr, ou d’assister à des cours de philosophie Jedi.

BB-8, qui semblait avoir pour moi une réelle affection, me confia : « Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos, sans passions, sans affaires, sans divertissement. Il sent alors son néant, son abandon.. » *

Dans la soirée, éclairée par les trois lunes de Tataooine, Monsieur Moochagoo m’emmena dans un petit cimetière. Chaque tombe était composée d’une pierre tombale simple et d’une image holographie du défunt.

A ma grande surprise – mes mains en tremblent encore – une des tombes me représentait en hologramme.

J’ai lu les trois phrases gravées sur la tombe : « Que Quay, Dieu des Trois Lunes, sanctifie son esprit et illumine sa tombe. », « Quay, Dieu des Trois Lunes, dans ta miséricorde et ta grâce penche toi sur la tombe de B’rnT’st. », et, « B’rnT’st avait acquis une certaine réputation dans le mondes lettres. »

J’étais outré (sauf pour la troisième phrase) : « Si c’est une farce, elle est de très mauvais goût. Notre amitié va s’en ressentir. »

* Blaise Pascal

7f94a037c82a77f07c0fbdbe591cbe2e

Coureuse des Sables

Dessin d’Alexpascenko.

Tataooine – 6

Je ne voulais pas décevoir mes deux « partenaires », et fis un saut de carpe arrière doublé d’un saut vers l’avant, en faisant le grand écart suivi d’une pirouette fouettée. Enfin, presque.

J’aurais préféré être dans la situation de Cyrano de Bergerac : « Prince, demande à Dieu pardon ! / Je quarte du pied, j’escarmouche, / je coupe, je feinte… »

Les Stormtroopers, juchés tout en haut de l’AT-ACT Walker en tête du convoi, avaient fini par nous repérer.

Il se trouve que je venais de perdre une patte de lapin destinée à me porter chance. Ceci explique cela.

Monsieur Moochagoo – qui neutralisait les Stormtroopers les uns après les autres – m’a demandé si je répétais des pas de danse classique. Ce n’étais pas le moment ! Il fallait combattre !

Pour l’instant je tentais d’éviter les coups d’un seul Stormtrooper qui avait heureusement perdu son blaster. Le combat était confus. (Je sais que c’est très subjectif).

BB-8 nous regardait en disant : « Quelle vie prodigieuses que la mienne / Des pommes mûres me tombent sur la tête. » (Andrew Marvell). J’admirais son flegme, malgré ma tête coincée sous la main droite du Stormtrooper.

Parfois je suis en proie à une légère léthargie – surtout après un repas – mais là, j’étais en train de devenir très léthargique en d’étouffant sous l’emprise d’un genou sur ma poitrine.

Hank Williams a dit : « On ne quitte jamais ce monde en vie. » Je me dépêchais d’imaginer mes derniers instants avant de rendre l’âme. (Après c’est trop tard).

Et puis, le Stormtrooper s’est écroulé.

Un groupe de Coureurs des sables venait de nous sauver en éliminant les derniers Stormtroopers qui entouraient Monsieur Moochagoo (et le mien par la même occasion).

C’étaient des filles !

Jamais plus je ne dirais : « Les filles sont incapables de faire quoi que ce soit. »

strormtrooperkille

Tataooine – 5

Quelques jours après.

Nous marchions dans le désert à l’abri d’un convoi d’AT-ACT Walker, des transports de matériels et de munitions sur pattes. Ils étaient trop gros pour nous apercevoir. Le tout était de ne pas se faire écraser par leurs pattes géantes.

BB-8 continuait à dire de temps en temps des phrases mystérieuses : « La tombe est un bel endroit privé / Mais personne, je crois, ne s’y embrasse. » *

Il affectionnait aussi John Donne (1572-1631) un poète anglais : « I run to Death and Death meets me as fast / And all my Pleasures are like Yesterday » (Je cours vers la mort, et la mort vient à moi aussi vite. / Et tous mes plaisirs sont désormais du passé.)

Apparemment sa vie de robot n’était pas le rôle principal de sa vie. Il n’avait pas l’air gai, mais Monsieur Moochagoo m’avait rappelé qu’un robot est un robot, et qu’il n’a pas de sentiments humains. Même si BB-8 pense comme un humain, c’est pour nous un peu comme une boîte noire.

Nous approchions du Pays des Coureurs de Sable, zone encore plus dangereuse que la zone des Tusken.

Monsieur Moochagoo avait découvert que la phrase,  « Les Suise veulens être payé », du parchemin du XIVème siècle, était un code secret qui n’avait rien à voir avec les Suisses (d’où la réflection de BB-8 : « Il n’y a pas de Suisses sur Tataooine. »

Lorsque je lui demandais comment un texte écrit au XIVème avait pu être écrit pour nous, dans un futur lointain – et sur Tataooine qui plus est – Monsieur Moochagoo resta très évasif.

Il changea de sujet : « A propos, savez-vous que Kant avait estimé qu’une femme boude plus longtemps si on lui dit qu’elle est vieille, que si on la traite de laide. Il avait expérimenté sa théorie sur ses nièces. On ne sait pas comment elles ont réagi. » 

J’ai failli répondre : « Ach ! Kant… c’est un des auteurs que je préfère… avec l’infanterie et les pieds paquets… » **

J’ai eu soudain l’intuition que nous allions avoir de gros ennuis.

*  (Andrew Marvell, 1621-1678).

** En m’inspirant de la réplique de Jacques Villeret dans, « Papy fait de la résistance ».

star-wars-at_actTransport de Fret Blindé Tout Terrain AT-ACT

bb-8

BB-8

Tataooine – 4

BB-8 m’expliquait la cohérence d’un tableau de Zhao Gan, un peintre chinois du Xème siècle, intitulé : « Voyage sur le fleuve à la première neige. »

Comme je lui demandais quelque chose d’un peu plus léger, il me parla de Lassie chien fidèle à travers le film, « Lassie Come Home, » de 1943.

Ce robot avait des connaissances si étendues que je renonçais à imaginer ce qu’il savait réellement.

Pendant ce temps-là Monsieur Moochagoo, avec une grande élégance, éliminait toutes les masses d’armes (gaderffii) tenues par les Tusken, grâce à un sabre laser identique celui de Obi-Wan Kenobi. Les masses d’armes étaient coupées en menus morceaux, à commencer par la lame empoisonnée au venin de chauve-souris des sables

Devant la détermination de Monsieur Moochagoo, les Tusken s’enfuirent. 

Je m’approchais de Monsieur Moochagoo pour lui poser une question insidieuse.

Moi : « Vos êtes un drôle de cachotier, vous m’avez caché que vous étiez un Jedi! » 

Moochagoo : « Je vous arrête tout de suite : un Jedi n’est rien, seule compte la Force qui est en lui. »

Moi : « La Force, c’est du bidon. Vous n’allez pas me dire que vous pouvez soulever BB-8 par la seule force votre esprit, comme Luke Skywalker soulève son vaisseau ? »

Je n’aurais pas du le provoquer, il souleva BB-8 qui dit modestement : « Ah, je lévite comme Thérèse d’Avila, en extase mystique avec St Jean de la Croix sur sa chaise. »

zhao-gan-au_bord_du_fleuve_sous_les_premieres_neiges_detail_par_zhao_gan

« Voyage sur le fleuve à la première neige. »

alec_guinness_and_making_of_star_wars_new_4a

Obi Wan Kenobi et son sabre laser de jedi.

saint-teresa-of-avila-and-saint-john-of-the-cross

Thérèse d’Avila et Jean de Lacroix .

Tataooine – 3

Pendant que les Tusken nous emmenaient à leur repaire – du  moins je le suppose – un de drôle de bruit m’énervait. C’étaient mes dents.

En général le regard des autres ne me fait pas peur, mais les lunettes et les masques des Tusken me terrifiaient, même si ces gens là avaient vraisemblablement une titulature assez commune. « Des gens de rien », aurait dit ma voisine.

Le poète persan Saadi (XIIIème siècle) a affirmé : « Ne demande la vérité qu’à tes ennemis. » Lorsque que j’ai demandé à un de nos ennemis quel allait être véritablement notre sort, il me bouscula avec un grognement.

Je chuchotais à l’oreille de Monsieur Moochagoo : « Pensez-vous que nous allons être sauvé d’un destin funeste ? »

Il me regarda tel un samouraï de l’époque Tokugawa, et murmura : « Qui sait, avec votre bonnet en laine rose « oreilles de chat » acheté au marché de Mos Eisley, ils vont vous épargner. »

Il se moquait d’un bonnet style tendance pour lequel j’avais eu un coup de foudre, et qui me permettait de passer inaperçu parmi les tenues bariolées ou extravagantes des habitants de Tataooine.

Qu’allions-nous devenir ? Monsieur Moochagoo a répondu : « We dont know what we dont know », (on ne sait pas ce que l’on ignore).

BB-8 était tout près de moi. Il avait composé un épigramme : « Un jour que vous rêviez à l’intérieur de vous de tentacules hérissées de dents / Vinrent à l’extérieur de vous des féroces Tusken mêlés aux vents. »

Ce robot commençait à me plaire. J’espérais – si nous survivions – et que nous pourrions bientôt échanger un mamihlapinatapai.

tuskens-1

Tataooine – 2

J’ai encore regardé le robot BB-8 et j’ai dit à Monsieur Moochagoo : « Je ne crois pas aux robots. »

Il me répondit : « Avoir la foi, c’est croire en quelque chose qui n’a pas d’apparence réelle. BB-8 est bien réel. Il dit de temps en temps des phrases mystérieuses. Mais il ne faut pas faire cas. »

Au même instant BB-8 a dit d’une voix recto-tono : « Il n’y a pas de Suisses sur Tataooine. »

Phrase qui ne laissa pas de m’étonner, mais Monsieur Moochagoo ajouta : « S’il n’y avait que ce genre de phrases ! Néanmoins c’est intéressant, car notre mission secrète est basée sur ce seul parchemin du XIVème siècle où il est noté, tenez, lisez aussi : « Les Suise veulens être payé. »

J’ai dit : « Ben on n’est pas rendu. C’est ça qui indique le but de notre mission ? »

Il s’énerva : « Lorsque vous naissez, personne ne vous indique ce pourquoi vous êtes sur Terre. Sur Tataooine, vous avez au moins quelques indices. Ne recommencez pas votre turlupinage sur vanités. BB-8 – qui sait se rendre invisible – est là pour nous aider. Il a dans ses circuits la géographie complète de Tataooine. »

En général on souhaite que les rêves se réalisent, mais là, mon esprit se ramollissait comme dans un cauchemar.

BB-8 soliloqua : « Si nous sommes ici, ce n’est pas pour beurrer les sandwichs. Avant tout, s’imaginer qu’on n’est plus soi. »

Eh bien moi j’aurais préféré un sandwich jambon-fromage plutôt que de manger cet infect rootleaf stew. La viande de Banthas, même bouillie, sent vraiment mauvais.

J’allais écrire un épigramme, lorsque les féroces Tusken nous ont cerné. Dommage, cela avait bien commencé : « Tataooine, BB-8 – que de mystères !
Quel est le but de notre venue sur cette planète ? .. »

dsc06213