Singapour 10 – Cloud forest et Flower dome.

Dans les Gardens by the Bay, un parc de 101 hectares, il y a deux grands domes : Cloud Forest et Flower Dome.

DSC02302 copie

DSC02347_resize copie

Cloud Forest contient une montagne (Cloud mountain) de 50m de haut couverte de végétation avec une chute d’eau.

DSC01605 copie

DSC00132_resize

Touristes principalement asiatiques (à part Frédéric Lefebvre dit « Zadig et Voltaire ») :

DSC01635 copie

DSC00133_resize

Des passerelles vertigineuses – après une montée en ascenseur – permettent de parcourir les niveaux de la forêt humide :

DSC00177_resize

DSC00184_resize

DSC00142_resize

DSC00186_resize

DSC00203_resize

Les fleurs sont celles de la forêt pluvieuse :

Ces fleurs cannibales attendent les doigts des touristes imprudents :

De temps à autres un épais brouillard tombe des hauteurs.

Il y a quand même quelques occidentaux :

Le Flower Dome est plus conventionnel et permet d’admirer les plantes en climat sec (Méditerranée et régions semi-arides tropicales).

  

Publicités

Singapour 9 Pulau Ubin

Pulau Ubin (territoire préservé), est une petite île singapourienne située sous la Malaisie, d’un superficie de 10,19 km².
Elle est très peu urbanisée.
Il y a quelques taxi-vans autorisés. On y circule à vélos ou à pied.
Après un petit Kopi, à Changi Village, le bateau apparaît tel un fantôme dans l’épais brouillard du matin,
Pour arriver dix minutes après sur l’île.

Et puis le ciel se dégage plus ou moins. Nous sommes accueillis par des autels propitiatoires.

L’île est recouverte d’une végétation tropicale avec des fleurs assez belles.

Epouvantail créatif.

La carte distribuée par l’office du tourisme local est approximative. Il y a intérêt à se méfier dans les zones aquatiques, sinon on tourne en rond.

Un haut fonctionnaire anglais s’était fait construire il y a 80 ans, cette maison de style Tudor pour ses jours de vacances, avec une belle vue sur la mer, un courant d’air permanent et peu de voisins.

Une jetée devant la maison Tudor (différente de la première construite).

Après trois heures de (chaudes) ballades, nous reprenons une des vedettes en bois. A l’intérieur, un aimable fouillis et une légère crasse changent de la propreté singapourienne ambiante.

Bateau du retour.

Bateau de l’aller.

Singapour 8 – Les tours, les tours !

Le matin, avant partir, on peut passer à la Fountain of Wealth. C’est d’après les singapouriens la plus grande fontaine du monde. Elle se compose d’un anneau de 66 mètres de diamètre à 14 mètres de hauteur et repose sur quatre piliers en bronze.

A certaines heures on pénètre sous la fontaine (les grandes chutes s’arrêtent). Il faut tourner trois fois autour de la petite fontaine du milieu, en touchant l’eau avec sa main droite et faire un voeu de bonne chance (« for good luck »).

DSC07380

DSC00093

Une fois assurés de notre bonne chance (si, si !), nous pouvons affronter les terribles architectures du quartier des affaires construit sur la mer, (rien que pour faire plaisir à Leodamgan).

DSC01118

DSC01112
DSC07613
DSC01131
DSC01128
DSC01123
DSC01125
Et ça continue !!!

Singapour – 7 Soupe et démon

En quittant la Sungei Buloh Wetland Reserve, nous avons encore croisé deux reptiles,

DSC00725

DSC07341

et vu quelques nénuphars et une fleur tropicale inconnue,

DSC00749

DSC07104

Nous avons mangé une soupe, des noddles et bu un kopi, et demandé sa protection au Gardien des Démons (qui me rappelle un individu bien connu) – on n’est jamais trop prudent.

DSC07370

DSC06716

DSC00782

Nous sommes rentrés à l’hôtel pour profiter de la piscine ouverte nuit et jour.

DSC00767

DSC01137

Vue de la piscine à la tombée de la nuit (rapide) vers 19h.

Singapour – 6 Do not provoke Crocodiles !

La Sungei Buloh Wetland Reserve (130ha), au nord de Singapour, se trouve sur le Détroit de Johor, face à la Malaisie.

On n’y rencontre aucun touriste, seulement un ou deux expatriés venus courir (par 35° et 100% d’humidité). On croise quelques photographes singapouriens qui viennent pour les reptiles et les oiseaux migratoires.

Au démarrage, il y a un petit sentier sympa mais qui se transforme vite en chemin de terre.

Des panneaux rassurants nous invitent à surveiller la présence éventuelle de crocodiles. Il est conseillé de ne pas les approcher, les provoquer et les nourrir. (Je n’avais pas amené de pain rassis, comme je le fais pour les canards du Parc de Sceaux). Les parents emmènent-ils ici leurs enfants trop turbulents ?

Des « barrières » protègent la zone et forment des motifs très photogéniques.

Une jetée permet de regarder la côte malaise en pleine urbanisation.

Nous avons croisé la route d’un malayan water monitor, pas du tout effrayé.

A intervalles réguliers il y a des tours d’observation qui permettent théoriquement d’apercevoir la faune aquatique (principalement des mulets, des toxotes et des hemiramphidae). Mais hélas, pas de crocodiles.

Une de ces tours est un petit piège. On monte par grosse chaleur et – arrivés en haut essoufflés – il n’y a pas de vue particulièrement intéressante. Où alors le but est d’améliorer par le sport la santé des visiteurs asiatiques, trop ramollis par les centres commerciaux

.

 

 

Singapour – 5 Kusu, l’île des tortues.

A quelques miles nautiques de Singapour, il existe une île dédiée aux tortues, Kusu Island. On y va par bateau avec une climatisation infernale qui nécessite presque une doudoune hivernale. (J’ai attrapé un début de bronchite).

DSC00981 copie

DSC00977 copie

KUSU signifie « Tortue » en chinois. Selon la légende, une tortue se serait transformée en île pour sauver des marins.

La végétation est en partie tropicale. 

DSC00983 copie

DSC00984 copie

Ces sacs sont installés par les fidèle qui viennent sur l’île pour faire leurs dévotions à trois saints malais qui vivaient ici au XIXème. 

Ils montent les 152 marches qui permettent d’accéder aux tombeaux et prient pour obtenir la richesse, un bon mariage, une bonne santé et l’harmonie intérieure.

Les sacs en plastiques accrochés aux arbres ont un caractère votif. Les inscriptions aussi.

Sur la rambarde il est écrit : « Je désire que nous soyons heureux pour toujours. » (Nous aussi).

Les batons d’encens sont en Asie, destinés aux « offrandes célestes. »

DSC00986 copie

DSC00988 copie

DSC00990 copie

DSC00993 copie

Il y a bien sûr un temple (Da Bogong Temple), dédié à deux divinités : Da Bo Gong (Grand Oncle) et Guan Yin (Bodhisattva et déesse bouddhiste/taoiste de la Compassion), avec un bassin à tortues. Le Grand Oncle apporte la prospérité, guérit les maladies, calme la mer et avertit des dangers, alors que la déesse « donne des fils. » 

DSC00995 copie

DSC01001 copie

DSC01002 copie

Sinon, avant de reprendre le bateau, on peut se balader sur île sans craindre de se perdre car elle ne fait que 85000 mètres carrés. (800m de long en gros, sur 100 de large).

Singapour – 4 La nuit

(Avril/mai 2017)

La nuit, l’atrium de l’hôtel est toujours aussi vertigineux. Certains soirs s’y produisent des chanteuses aux chansons d’amour kitschissimes.

DSC06759 copie

Une fois une cliente avait encore plus le vertige que moi, et nous a presque fait une crise de panique dans l’ascenseur.

DSC06676 copie

Vues de la chambre 

DSC06532 copie

DSC06677 copie 2

DSC06533 copie

Vues des Gardens by the Bay (jardins artificiels gagnés sur la mer).

DSC00866 copie

DSC00874 copie

DSC00881 copie