Chronique des Guildes – 18

Voyant mon émotion, le drone m’a demandé : « Quelle nouvelle ? », j’ai répondu : « La petite souris est morte. »

Il se rua sur le cadavre de la souris et le découpa avec un de ses appendices, pour faire apparaître une petite capsule qui signalait notre position aux poursuivants. Il jeta la capsule dans la forêt.

Nous sommes partis en mode furtif vers le Pico da Neblina qui culmine à près de 3000m, au Nord de l’Etat Amazonas, où une base de secours avait été prévue par la Guilde du Temps. Elle nous attendait depuis 30 ans, il allait y avoir de la poussière.

La base était  camouflée par une anfractuosité à 1500m de hauteur, et inaccessible par voie terrestre, à moins d’être un alpiniste chevronné. Elle avait pour nom Station Dharma.

Une fois l’entrée franchie, nous nous sommes retrouvés dans une série de salles, avec un équipement trentenaire et des vivres conservés dans des pochettes stériles, quelques bouteilles d’alcool et de l’eau provenant d’une poche d’eau souterraine.

Le drone démonta entièrement notre véhicule dont il trouvait le système de lévitation synergique, « admirable ». Il comptait bien adapter ce système sur lui-même.

J’en profitais pour déclencher les appareils de ménage qui ronchonnèrent. J’ai parfois du mal à comprendre la psychologie de certains robots. Après le ménage, il fallu encore discuter pour qu’ils acceptent de me préparer une couchette, avec des draps et un repas chaud.

Comme ils avaient déniché une très bonne bouteille de vin, je les ai complimenté. Ils m’ont alors proposé de jouer au poker. J’ai perdu une antique montre gousset Berthoud qui ne me quitte jamais. Je comptais bien la récupérer ; j’allais me refaire, je le sentais.

Le drone se perdait en conjectures : nous n’aurions jamais du être repérés. Qui, ou quoi nous avait signalé aux forces de sécurité de la Fédération ? Il craignait que les membres restant des Guildes ne soient poursuivis, et mis hors d’état de nuire par la nouvelle Fédération des Nations Unies.

Au moment où j’annonçais que j’allais dormir, le drone me dit sur un ton de reproche : « Que de besoins  accablants le temps nous apporte ! Qui pourrait souffrir les distractions, les interruptions, les tristes nécessités du sommeil, de la nourriture, des autres besoins ? » (Bossuet, « Elévations à Dieu.. »).

A suivre.

Pico

Pico da Neblina.

Entrée base_large

Entrée de la Station Dharma.

un  compteur pour votre site 1821261801. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

8 réflexions au sujet de « Chronique des Guildes – 18 »

  1. Belle montre
    Si j’additionne le temps passé à dormir , manger, me laver et autres besoins , que je le convertis en années ( tiens cela revient-il à 30 ans ? ) et le soustrais ensuite à mon âge , combien reste t-il ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s