Chronique des Guildes – 20

 

Mon caractère n’était nullement aigri par l’infortune d’être pris sous un tir nourri de rayons laser. Je n’étais pas non plus dans l’état de Paul après la mort de Virginie (« le désespoir lui ôtait la raison »). Moi je gardais ma raison, ce qui était presque pire.

J’étais désespéré en effet, car nous nous étions retranché derrière un muret proche du coin cuisine de la Station Dharma, et je ne voyais pas comment nous allions nous en sortir.

Mon drone avait beau supprimer les drones assaillants un par un, il en arrivait toujours d’autres. Maintenant, je me souvenais de ses paroles, qui m’avaient consolé au seuil des plus grands périls : « Je ne nous laisserais pas périr. »

Je ne sais pourquoi, je songeais également au livre que me lisait ma mère lorsque j’étais enfant. C’était « Le petit Chaperon Rouge et le Tueur des Carpates. » Il commençait par ces mots : « Le petit Chaperon Rouge a traversé la forêt en sautillant et en chantant « tra la la la la« . Je versais une larme en repensant à ces instants si doux.

Nous allions infailliblement périr et, malgré les paroles du drone, mon moral était en chute libre.

Je crus rêver en entendant le drone citer Jean Chrysostome : « Le genre humain, lui, inférieur par sa nature aux esprits bienheureux, fait violence à ses propres facultés et déploie toute l’ardeur possible pour s’élever à leur niveau. » 

C’était le mot de passe pour une contre-attaque. 

Quand le drone avait démonté le véhicule qui nous avait amené ici, il l’avait remonté en le transformant en un redoutable véhicule de combat. En quelques minutes, nos assaillants furent débordés et anéantis, y compris les appareils qui se trouvaient autour du Pico da Neblina.

A suivre.

gustave_dore_chaperon_rouge

Le chaperon rouge par Gustave Doré

un  compteur pour votre site 1840000402. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

11 réflexions au sujet de « Chronique des Guildes – 20 »

  1. C’est mieux en effet qu’un mot de passe soit quelque chose de complètement absurde et impensable . Dans un coin cuisine , on peut toujours tenter un bon gâteau etc …

  2. Et bien, je viens d’avoir l’alerte de tous tes billets d’un seul coup dans le reader.
    Je suis absolument fan de l’oeuvre de Gustave Doré.

  3. Bon pour le reader je n’ai pas bien compris, mais j’arrive à entrer ici et là …
    J’essaie de me concentrer sur le mot de passe, tout en écoutant la radio, il y a quelques interférences qui sont perturbantes. 🙂

    • Le mieux c’est d’aller directement sur les blogs, où on retrouve in extenso tous les billets.
      Je passe par le reader (ou lecteur), de temps à autres, pour aller sur des blogs scientifiques ou artistiques, que je suis de loin, et voir s’il y a quelque chose d’intéressant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s