Hypotypose zombie

« Nous étions perdus depuis une heure dans la Forêt de Chantilly. Le brouillard transformait les formes des arbres en ombres tragiques. Soudain, les fourrés sur notre gauche vomirent des cris effroyables.

Nous nous apprêtions à fuir quand, devant nous, une série de débris humains nous glacèrent le sang. Je réalisais soudain que nous courrions un grave danger. La terreur nous envahit. Une sueur glaciale envahit mon dos.

A côté des débris, un homme, le visage caché par une capuche, semblait secoué de sanglots. Nous nous approchâmes de lui espérant une explication à l’horrible spectacle de têtes, de membres et de boyaux emmêlés.

Lorsque nous fûmes à côté de l’homme, celui-ci se mit à rire d’un rire démoniaque. Il rabattit sa capuche et c’est là que je vis l’horreur personnifiée : un zombie.

Je hurlais à Monsieur Møøchagøø : Courez le plus vite possible ! Ce genre de zombie mange les cerveaux humains !

En fait il était déjà devant moi, et faillit déraper sur quelques boyaux. Il saisit une tête décapitée pour la lancer sur notre poursuivant, qui l’évita aisément.

Nous avions à peine parcouru une centaine de mètres, que d’autres zombies jaillirent des taillis…. »

Je montrais à Monsieur Møøchagøø ces premières lignes, que je jugeais bonnes. Le lecteur aura en quelque sorte sous les yeux une scène fort amusante, que son imagination pourrait enrichir à sa guise.

J’avais réfléchi ; mon refus de peindre nos randonnées d’une manière plus vive, n’était par très fair-play. Ces premières lignes étaient donc un essai.

Le profond silence de Monsieur Møøchagøø ne laissa pas de m’inquiéter. Puis il dit : « Hum !  Vous avez oublié que les zombies végétariens sont aussi importants que les zombies carnivores ! Pensez aussi aux zombies féminins pinups et aux zombies phosphorescents la nuit, sans lesquels il n’est pas de bon récit de zombies. »

Je pense que je vais demander son avis à ma voisine.

zombie880356

un  compteur pour votre site 1850431302. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

13 réflexions au sujet de « Hypotypose zombie »

  1. C’est terrible, tragique… Brrr, il va falloir trouver un grand sorcier pour arrêter
    ces zombies assoiffés de chair et de sang.
    Non, décidément les zombies je n’aime vraiment pas, ça va encore m’empêcher
    de dormir.

  2. « En fait il était déjà devant moi, et faillit déraper sur quelques boyaux. Il saisit une tête décapitée pour la lancer sur notre poursuivant, qui l’évita aisément. »
    « Le travail d’un pillier passe beaucoup par la tête » Pascal Ondarts

  3. Depuis quelques années, on trouve aussi des zombies bio, de tout age et tout sexe. Et cela, pas uniquement à Angers. Le zombie bio gagne des parts de marché considérables et intéresse de plus en plus le business de l’agro-alimenteur. Mais de grâce, pas de Chantilly dans tout cela.
    🙄

    • Par chez nous en région parisienne, le zombie bio est un(e) célibataire, mal dans sa peau, qui va dans les boutiques bio avec la Vraie Foi Écologique. Il ne faut pas les contrarier, sinon c’est la dénonciation à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi Écologique, et le bûcher à brève échéance. En Hiver, ça réchauffe, en Été, c’est moins bien.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s