Poussière

øchagøø (déclamant la tirade d’Hamlet) : « Mourir… dormir, rien de plus ;… et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du cœur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair : c’est là un dénouement qu’on doit souhaiter avec ferveur. Mourir… dormir, dormir ! peut-être rêver ! » 

Moi : Aïe ! Votre moral est à nouveau en berne.

øchagøø : A la fin, il ne restera plus que les mots ; ce que nous avons vécu aura disparu.

Moi : Je vous félicite pour cette superbe phrase.

øchagøø : Merci pour votre solidarité. Je suis certain qu’il y a un « mais ».

Moi : Pas du tout, je vais même aller dans votre sens : «Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.» Genèse (3, 19).

øchagøø : Poussière…je me sens comme une œuvre inaboutie ou comme votre Sainte Vierge lumineuse qui n’éclairait finalement pas grand chose.

Moi : Oui, mais la poussière est recyclable éternellement.

Belle journée.

Capture d’écran 2014-03-19 à 20.23.48

« Vanitas vanitatum omnia vanitas. »

un  compteur pour votre site 1870071203. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

16 réflexions au sujet de « Poussière »

  1. J’ouvre les fenêtres pour aérer toute cette poussière accumulée, c’est le printemps profitons-en. car demain est un autre jour…
    Le cheval est beau, je ne suis pas très Napoléon… 🙂

  2. Alors le recyclage n’induit donc pas , nécessairement, une fin aux maux .
    Les histoires se récapépètent depuis le bédut ?

    • C’étaient des culottes de cavalier. Sinon il portait des pantalons de casimir blanc qu’il tachait à chaque repas, mangeant trop rapidement. Comme ces tissus ne se nettoyaient pas, il lui fallait trois pantalons pas jour au moins, à la grande satisfaction de son tailleur.

      • Le visage est probablement un peu ressemblant, mais avec, ajoutés, tous les attributs de l’autorité et la noblesse d’âme, comme sur les statues d’empereurs romains, que tout le monde connaissait bien.
        Pour les reste, tout est imaginaire. Le corps devait être parfait, pour montrer qu’on avait affaire à une sorte de demi-dieu.
        Aujourd’hui on sert de photoshop pour retoucher les « stars », à l’époque c’était le talent de l’artiste.

  3. Aussi, c’est une des plus belles tirades dans le théatre de Shakespeare. « Mourir… dormir, dormir ! peut-être rêver ! » C’est magnifique.

  4. Mon beau-père a offert une affreuse statuette de Napoléon à mon fils pour Noël. Nous la cachons sur un meuble. La posture est exactement la même, le cheval est différent, il a des taches noires, surtout sur la tête. Mon fiston a ajouté un petit baton dans la main droite de l’empereur qui mangeait salement. Sans doute pour l’équiper d’un sabre anachronique. Va savoir…

    • J’ai une statuette dorée (façon or) de Napoléon qui vient d’un ancêtre (côté maternel) qui avait été colonel d’empire, et dont le nom est marqué sur l’Arc de Triomphe.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s