Cinéma

Moi : Dans le film Le Mépris *, de Jean-Luc Godard, lorsque j’écoute la musique de Georges Delerue , j’ai toujours l’impression d’avoir perdu quelque chose au plus profond de moi, que jamais je ne retrouverai.

øchagøø : …

Moi : Godard, c’est aussi le seul metteur en scène qui a su diriger Brigitte Bardot. Dans un scène entre Jack Palance, Michel Picolli et Brigitte Bardot, celle-ci interroge Picolli sur son retard, elle est filmée de dos et la caméra avance vers son visage. Elle lance à Picolli un regard de côté, bouleversant, qui à lui seul exprime le mépris et annonce une rupture, qui provoquera son départ avec Jack Palance ; un regard à couper le souffle.

øchagøø : …

Moi : Il existe un autre film qui vous laisse sans voix, c’est Allemagne année zéro, de Roberto Rossellini, tourné dans Berlin en ruine peu après la guerre. On y voit à vers la fin du film, un jeune garçon livré à lui-même – la société civile a presque disparue – qui court dans les ruines pendant un long moment. Il monte en haut d’un immeuble dévasté, en prenant des risques. Il observe tranquillement les gens qui cherchent à survivre avec de petits boulots. Soudain il saute dans le vide, alors que rien ne le laissait prévoir. Une femme accourue ne peut que constater sa mort. Nous n’aurons aucune explication, car le mot FIN apparaît.

øchagøø : …

Moi : Je connais encore autre film profondément émouvant, c’est un film de Karl Dreyer, Ordet. Un jeune paysan simple d’esprit qui, poussé par une petite fille qui a deviné son pouvoir, finit par ressusciter sa belle sœur morte en couche. Une des plus belles scènes de résurrection du cinéma qui – même si vous n’y croyez pas, puisque c’est du cinéma – vous laisse dans un état second.

øchagøø : …

Moi : Merci de vos commentaires silencieux.

* http://www.youtube.com/watch?v=pSZSkxEA_Y4

bardot-le-mepris1

Le Mépris.

allemagne_annee_zero_germania_anno_zero_1948_portrait_w858

Allemagne année zéro.

ordet

Ordet.

un  compteur pour votre site 1880002603. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Cinéma »

  1. On peut aussi imaginer que pour créer cette musique , Mr Delerue est allé chercher dans les profondeurs.
    Perdre quelque chose , …. j’ai la 5ième de Mahler dans « Mort à Venise » qui remonte.
    J’aime bien l’idée qu’un réalisateur a déjà un parfum de musique quand il tourne . Parait même que pour « Il était une fois l’Amérique » , Sergio Leone tournait déjà certaines scènes avec la musique.

  2. Pas vu « Allemagne année zéro », mais j’aimais bien « Ordet ». J’ai assez oublié « Le mépris » mais le reverrais bien pour Picolli. Je ne me souvenais plus que Jack Palance y était.

    • Je n’ai jamais aimé Picolli, je préfère, et de loin, Jack Palance. Néanmoins dans ce film, Picolli joue bien, grâce à la direction de Godard, qui fut hélas moins inspiré par la suite.

  3. Je ne connais pas Ordet. Je vais m’efforcer de le trouver.
    Dans cette scène j’imagine Mr Moochagoo comme l’écrin qui met en valeur les réflexions de son interlocuteur. Un miroir qui reflète les pensées. Voire le clown blanc face à son Auguste.

    • Je n’arrive plus à laisser de commentaire sur ton blog. J’ai droit à « ERREUR : veuillez renseigner les champs obligatoires (nom, e-mail). » Alors que je suis bien connecté sous Burntoast. Rien n’y fait.

  4. hum…je suis un peu comme M. Moochagoo, sans voix. Cela ne veut pas dire que le sujet est inintéressant, bien au contraire. Je me fais une espèce de quizz : une musique, quel film ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s