Flying Moose

Trouvant sans doute trop tranchant le tour qu’avait pris notre discussion sur L’introduction à l’étude du néo-criticisme, du philosophe Charles Renouvier (1907), Monsieur øchagøø alla bouder un peu plus loin dans le Squam Lakes Natural Science Center que nous visitions depuis une heure.

Je ne m’étendrais pas sur l’ouvrage de Charles Renouvier, connu du public et de mes lecteurs en particuliers, dont je devine l’érudition solide et profonde.

Le Squam Lakes Natural Science Center tient à la fois de « Palais de la Découverte », et d’un petit zoo pour les espèces menacées de la région du lac Winnipesaukee, (et de refuge pour des animaux sauvages blessés ou orphelins).

Je pensais en moi-même que les animaux sont ignorants du monde et de la théologie. C’est pourquoi la plupart d’entre eux dormaient tranquillement dans leurs grands enclos naturels.

Nous sommes arrivés devant l’habitat des Mooses, où un Monsieur et une Madame Moose se prélassaient dans des transats en buvant des cocktails Flying Moose, décorés d’une ombrelle en papier.

Ils avaient choisi de prendre leur retraite ici, après avoir été blessés par un chasseur, puis recueillis et soignés par le Squam Lakes Natural Science Center. Une retraite bien méritée d’après Monsieur Moose, avec une nourriture abondante, pas de tiques, des soins constants, aucun prédateur..

Nous avons terminé la visite chez les rapaces qui dégustaient les yeux de petites souris blanches, avec beaucoup de distinction. Je me demandais si les petites souris étaient livrées vivantes.

Belle journée !

DSC06528

DSC06533

..la plupart d’entre eux dormaient tranquillement dans leurs grands enclos naturels.

DSC06508

Moose rencontré sur la route 113, qui mit un temps infini à s’en aller dans la forêt.

un  compteur pour votre site 1900592904. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

7 réflexions au sujet de « Flying Moose »

  1. il doit y avoir de quoi se remplir les yeux car quoi de plus rare que de rencontrer cette espèce mythique qu’est le Moochagoo en liberté

  2. >Je ne m’étendrais pas sur l’ouvrage de Charles Renouvier, si connu du public français et de mes lecteurs en particuliers, dont je devine l’érudition solide et profonde.
    Ha ha ha. Evidemment. Ahem 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s