« Tout ce qui est dit est cuit »

Dimanche 27 juillet 2014 – Randonnée en Forêt de Fontainebleau – 15km (massifs rocheux).

« La musique, c’est un corrigé de temps plus ou moins revenant. En elle, il semble que le temps fasse à lui-même son retour, qu’il retourne plus loin que son origine. »

Je lisais à Monsieur Moochagoo cette phrase tirée  de « La leçon de musique » de Pascal Quignard (1987). Je ne sais pas combien de lecteurs ont compris cette phrase, mais je ne fais pas partie de ceux qui ont compris, même en prenant mon temps.

Monsieur Moochagoo se fit rassurant : « Plus tard, je vous expliquerai. Mais c’est comme l’hydrosport, il faut se laisser porter et, à la fin, vous arrivez à bon port. »

Nous étions partis de la « Halte en Forêt » (SNCF). Peu de randonneurs étaient descendus et certains se firent écraser en traversant la voie, où circulent des trains à 160km/h, alors qu’un tunnel était à leur disposition à 100m.

Le silence de la Forêt, une fois éteints les cris et les gémissements des randonneurs coupés en petits morceaux, était apaisant, d’autant qu‘il ne pleuvait pas.

Un groupe de rochers sur un sentier bleu, avant la Tour Dénécourt, nous permit de nous reposer dans un agréable courant d’air, avec le seul bruit des oiseaux et des abeilles qui butinaient.

Cela aurait été le bonheur complet mais je n’arrivais pas à traduire la phrase de Quignard sur le temps et la musique.

Monsieur Moochagoo s’était emparé de « La leçon de musique » et le lisait en marmonnant: « Tiens, voilà une phrase parfaitement claire : « Rien de cru dans la langage. Langage trop proche de la cuisson. Tout ce qui est dit est cuit. » Votre lecture est trop intellectuelle. A moins que vous aimiez ne pas comprendre ? Il faut parfois laisser refroidir les nouilles. »

Il faisait trop chaud à la Tour Dénécourt et nous sommes vite repartis, pour aller déjeuner au Rocher Cassepot.

Il n’a pas plu. Belle journée !

* Dieu merci, jamais Pascal Quignard ne lira ces lignes.

un  compteur pour votre site 19410091207. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Tout ce qui est dit est cuit » »

  1. Regard saisissant de Pascal Quignard, et papillon saisi au sommet de la tige, bravo !
    Je suis assez d’accord et m’accommode assez souvent de « laisser refroidir les nouilles », même si me laisser porter est rarement mon premier réflexe; « l’hydrosport » mène en effet toujours à bon port .
    Bon courage 🙂

  2. L’a pas l’air facile, Pascal Quignard… mieux vaut ne rien lui dire en cuit de ce que tu n’as pas compris en contretemps, sinon t’es cru !

  3. Bravo pour le papillon!
    Pour ce qui est du billet, comment dire…,
    à mesure que je lisais la phrase de P.Quignard qui à la première lecture me paraissait limpide, le sens m’a peu à peu…échappé.
    heureusement, il n’a pas plu.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s