Le chien de ma voisine

Le chien de ma voisine : Chère saucisse, tu es devant mes yeux et surtout sous mon nez, et je vais te manger.

La saucisse : Pitié, pitié, épargnez-moi. Je suis une saucisse très cultivée et pourrai vous être utile.

Le chien de ma voisine : Je salive déjà et m’impatiente. Donne-moi des preuves de ta soi-disante culture de saucisse.

La saucisse : « Pour parler clairement et sans paraboles, / Nous sommes les pièces du jeu que joue le Ciel ; / On s’amuse avec nous sur l’échiquier de l’être, / Et puis nous retournons, un par un, dans la boîte du Néant. » (Omar Khayam, Les Quatrains, XCIV).

Le chien de ma voisine : Étonnant pour une saucisse ! Je vais peut-être attendre un peu avant de te dévorer. Quoi d’autre ?

La saucisse : « Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir. » (Blaise Pascal, Pensées).

Le chien de ma voisine : Dans ma bienveillance, je t’accorde un délai. Comprends que c’est douloureux pour moi.

La saucisse : Ouf…On peut dire que ce changement de perspective est le bienvenu. 

Karsten_Wegener_5

Sculpture de Jeff Koons.

un  compteur pour votre site 1950400508. (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le chien de ma voisine »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s