Moi

J’expliquais à Monsieur Moochagoo mes démêlées avec mon moi intérieur qui avait décidé unilatéralement de devenir un moi extérieur.

Mon moi – maintenant extérieur – m’avait répondu qu’un moi intérieur attendait du corps qui l’hébergeait, un certain délassement pour reposer sa vue et son esprit.

Je lui répondis qu’avec son indépendantisme, j’avais l’impression de faire du surplace.

Il m’avait aussi reproché d’avoir un esprit encombré, un vrai foutoir qui offensait sa vue. 

Monsieur Moochagoo restait coi. Il lisait un traité de Roberto Bellamin : « De ascensione mentis in Deum per scalps creaturarum » (1615) d’un oeil, et, de l’autre, regardait une peinture de Roeland Savery : « Paysage de montagne avec des bûcherons, » (1610).

Je l’exhortais à cesser de regarder/lire deux choses à la fois, sinon il allait devenir comme Sartre, qui avait eu « un fort strabisme exotropique de l’œil droit. »

Comme Monsieur Moochagoo ne réagissait pas, je continuais à lui narrer mes démélées avec mon moi intérieur parti à l’extérieur.

Je lui avais cité Einstein, à qui on reprochait un bureau très encombré : « Si un bureau encombré est le signe d’un esprit encombré, de quoi un bureau vide est-il le signe ? »

Il a réagi en me citant un auteur indien, Banarasidas (1586-1643) : « J’ai voltigé entre terre et ciel, souillant l’air comme un pet de chameau, » que, d’après lui, je ferais bien de méditer.

Puis il m’a regardé d’un air peiné : « Sans mémoire, vous seriez incapable de savoir si votre moi passé est équivalent à votre moi présent. Nous sommes très fragiles, sans mémoire.. Le moi est un subterfuge inventé par les cellules de notre corps – qui se renouvellent de nombreuses fois durant notre vie – une sorte de capitaine de navire, nommé temporairement au poste de commande, pour éviter la pagaille. »

J’aurais bien voulu méditer ces paroles dans mon for intérieur, mais je n’en avais plus.

10628841_10152461138505954_4298551740276437373_o

1970001210 (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr). http://www.imingo.com/services/compteur/icptsp.php?id=Porcinet

Publicités

4 réflexions au sujet de « Moi »

  1. J’aime beaucoup. La mémoire est quelque chose de compliqué. On est fragile sans mais on est fragilisé aussi avec.
    Ce sont de jolis textes mi-philosophique, mi-absurde que je lis 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s