Substitution

En relisant Proust : « L’homme que j’étais, le jeune homme blond n’existe plus, je suis un autre. Or l’impression que j’éprouvais ne prouvait-elle pas un changement aussi profond, une mort aussi totale du moi ancien et la substitution aussi complète d’un moi nouveau à ce moi ancien, que la vue d’un visage ridé surmonté d’une perruque blanche remplaçant le visage de jadis ? »

 Il allait falloir que je noue des relations avec mon nouveau moi intérieur. 

Les premiers moments ont été amusants, il a failli « collapser » de surprise. Il avait la bouche pleine de fraises Tagada et ne s’attendait pas à ma visite.

Je lui confiais mes soucis avec mon ancien moi intérieur à qui – soi-disant – je gonflais les bronches, et qui voulait m’exploser la tronche, il y a peu.

Mon nouveau moi intérieur m’a rassuré, il se voulait un moi de ménage et aurait une démarche d’esthète. En résumé il se voyait en moi intérieur homéopathique.

J’ai pu enfin réfléchir en mon for intérieur, et me demandai si mon nouveau moi intérieur, courtois, mesuré et sensible, n’allait pas me poser quelques problèmes.

9692eed139d5fbf50f5408aedd6b3188

970001210 (Messagerie : ekand4460@yahoo.fr). http://www.imingo.com/services/compteur/icptsp.php?id=Porcinet

Publicités

14 réflexions au sujet de « Substitution »

    • Ben oui, parce que :

      Stood there boldly
      Sweatin’, in the sun
      Felt like a million
      Felt like number one
      The height of summer
      I’,d never felt that strong
      Like a rock

      I was eighteen
      Didn’t have a care
      Working for peanuts
      Not a dime to spare
      But I was lean and
      Solid everywhere
      Like a rock

      My hands were steady
      My eyes were clear and bright
      My walk had purpose
      My steps were quick and light
      And I held firmly
      To what I felt was right
      Like a rock

      Like a rock, I was strong as I could be
      Like a rock, nothin’, ever got to me
      Like a rock, I was something to see
      Like a rock

      And I stood arrow straight
      Unencumbered by the weight
      Of all these hustlers and their schemes
      I stood proud, I stood tall
      High above it all
      I still believed in my dreams

      Twenty years now
      Where’,d they go?
      Twenty years
      I don’,t know
      I sit and I wonder sometimes
      Where they’,ve gone

      And sometimes late at night
      When I’,m bathed in the firelight
      The moon comes callin’, a ghostly white
      And I recall
      I recall

      Like a rock, standin’, arrow straight
      Like a rock, chargin’, from the gate
      Like a rock, carryin’, the weight
      Like a rock

      Like a rock, the sun upon my skin
      Like a rock, hard against the wind
      Like a rock, I see myself again
      Like a rock

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s