Zicke, zacke, zicke, zacke, hoi, hoi, hoi

Randonnée du dimanche 7 décembre 2014. Forêt de Fontainebleau – 18km.

Il y avait un léger brouillard, avec de faibles rayons de soleil par intermittence. La pluie annoncée n’était pas au rendez-vous.

Nous avancions derrière un groupe de randonneurs. Ils étaient 400m devant nous, et suivaient le même GR.

Monsieur Moochagoo pensait que c’étaient des allemands, car ils chantaient une chanson typique du folklore : « Ein Prosit, Ein Prosit, der Gemütlichkeit / Ein Prosit, Ein Prosit, der Gemütlichkeit / (Cheer!) Eins, zwei, drei, g’suffa! / Zicke, zacke, zicke, zacke, / hoi, hoi, hoi / Zicke, zacke, zicke, zacke, / hoi, hoi, hoi.. »

Il s’arrêtaient de temps à autre pour trinquer, avec ce qui me semblait être des petits verres de schnaps.

L’endroit où nous voulions déjeuner, à l’est du Rocher de Boutigny, était déjà occupé par deux randonneuses, aussi nous avons continué à suivre nos joyeux drilles.

Ils chantaient maintenant une chanson bavaroise plus triste que la précédente : « Horch, was kommt von draußen rein? Hollahi, hollaho! / Wird wohl mein Feinsliebchen sein, hollahiaho! / Geht vorbei und schaut nicht rein, hollahi, hollaho! / Wird’s wohl nicht gewesen sein, hollahiaho! » *

Nous avons croisé en sens inverse un autre groupe de randonneurs, dont l’un a dit : « ça va, nous sommes dans le bon sens. » J’ai vérifié sur la carte que nous étions aussi dans le bon sens, mais opposé.

A un moment nous avons été dépassés par deux petits lutins féminins, aux tenues colorées, avec un bonnet rouge à pompon. Elles couraient très vite.

Monsieur Moochagoo a dit : « Il y a vraiment de tout dans cette forêt. C’est certainement du au brouillard, qui crée une atmosphère très particulière. »

Nous avons déjeuné au Rocher Fourceau, au bord d’une cuvette chaotique et sans arbres, où parait-il, des vaisseaux extraterrestres viendraient se poser, (j’en ai déjà parlé). A un moment, il y a eu un halo lumineux avec un dégradé de couleurs, qui a disparu assez vite.

J’aurai vraiment plein de choses à raconter à ma voisine qui m’avait reproché hier ma « dans-la-Lunité ». Au bout d’un instant, j’avais compris que j’étais « dans la Lune » en permanence, ce qui est exact.

Belle journée ! 

* « Écoute ce qui vient du dehors, / Hollahi hollaho / C’est probablement ma bien-aimée, / Hollahi aho. / Elle passe et ne regarde pas, / Hollahi hollaho / Ce n’est probablement pas elle, / Hollahi aho, etc »

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Zicke, zacke, zicke, zacke, hoi, hoi, hoi »

  1. Est-il opportun de faire une randonnée l’hiver? Enfin, je crois plutôt que les petits hommes verts avaient débarqué et s’étaient perdus puisqu’ils parlaient allemand.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s