Un jour, il n’y eut plus grand monde – 6

En avançant, Charlotte entendait maintenant un chant en italien : « Selve amiche, pombrose piante / Fido albergo del moi core / Chiede a voi quest’alma amante / Qualche pace al suo colore. »*

Il y avait aussi une odeur de tartines grillées, qui complétait l’assortiment d’événements bizarres.

Lorsque Charlotte pénétra dans le « Trek Bicycle Store », elle vit l’araignée métallique auprès d’un bricolage insensé : un VTT produisait de l’électricité grâce à un alternateur, un accumulateur au lithium et deux transformateurs.

L’araignée tournait une pédale et – avec le courant produit – faisait marcher un lecteur de CD rudimentaire, deux hauts parleurs et un grille pain, où réchauffaient deux biscottes qu’elle offrit à Charlotte. 

Charlotte encore étonnée de voir l’araignée métallique leur rendre service, décida d’attendre le matin, pour faire transporter par les garçons tout le matériel, dans le magasin JCPenney. Elle mangea les biscottes.

Geronimo avait été sommé de pédaler pour produire de l’électricité. Il râlait, soutenu dans ses efforts par Steve et Lucas. L’araignée continua de ranger le magasin.

Les garçons branchèrent une télévision et un lecteur de DVD, ils voulaient regarder « Kiss & Kill » (2010avec Ashton Kutcher, Katherine Heigl, un DVD resté miraculeusement intact.

Charlotte mis son véto à « ce film idiot », et engueula l’araignée qui sembla prendre un air navré en émettant un, « piticlic, piticlic, piticlic ». Elle rangea le lecteur de DVD dans une armoire fermée à clé.

Puis elle ouvrit la bouteille de gaz d’un barbecue imposant, pour faire griller quatre rats malchanceux attrapés dans la réserve à vivres. Comme légumes, il y aurait des lentilles.

Pendant que Geronimo pédalait sur l’ingénieux système, elle remit le CD avec la chanson, « Selve amiche, pombrose piante  /  Fido albergo del moi core… », et se mit à rêver à George Clooney.

* Antonio Caldera 16701736 (https://www.youtube.com/watch?v=cLcmTNXLMqk).

999999-628915172454

Meilleur choix de barbecue, pour griller à point toutes sortes de rats.

george-clooney-300

« ..pour mieux rêver de George Clooney. »

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr).

Publicités

8 réflexions au sujet de « Un jour, il n’y eut plus grand monde – 6 »

  1. C’est beau ce chant d’amour…quoique, ne le prends pas mal, Burning man, mais les piticlic m’ont fait penser au cataclop de jolly jumper ( c’est la faute de qui tu sais – tu le hais ) alors bon quand je l’ai entendu chanter…j’ai pensé aussi à jolly jumper…et la contagion m’a pris que c’est la tête de jolly jumper qui s’est surimprimée sur Clooney.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s