Un jour, il n’y eut plus grand monde – 9

« Si tu veux faire mon bonheur, / Marguerite, Marguerite / Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite donne-moi ton cœur. / Elle me dit comme c’est dimanche, / Je vais mettre ma robe blanche.. »

Les chansons de Steve et Lucas énervaient Charlotte. Elle restait concentrée sur la conduite du Chevy Pickup rouge, fin des années 60, qu’ils avaient déniché dans un garage. Geronimo s’était endormi immédiatement et l’araignée métallique, installée sur le tableau de bord, aidait à la conduite, une patte sur le volant.

Elle avait réussi à faire marcher le moteur rustique en bricolant une batterie de voiture et le sytème électrique. Les pneus crevés avaient été remplacés.

Les voitures avec une électronique de pointe ne fonctionnaient plus, d’une manière inexplicable. Le pickup des années 60 fonctionnait  avec des pointes à trente km/h – au moins depuis une demi-heure.

Toutes leurs « richesses » avaient été mises à l’abri dans la magasin Sweet Sleep, protégées par des portes blindées et cadenassées. C’était leur première expédition loin du centre commercial, avec des armes et quelques provisions.

Certaines rues étaient barrées de véhicules en panne avec parfois, les restes macabres de passagers.

L’araignée, tout en indiquant avec sa patte la direction à suivre et les solutions de contournements, lisait en même temps une phrase de St Augustin dans « Les Provinciales », posé sur le tableau de bord  : « N’apprenons-nous pas des saints mêmes combien la concupiscence leur tend de pièges secrets, et combien il arrive ordinairement que, quelques sobres qu’ils soient, ils donnent à la volupté ce qu’ils pensent donner à la seule nécessité. » 

Elle était troublée par la notion de « volupté », et se demandait avec inquiétude si elle n’avait pas donné à la volupté ce qu’elle avait pensé donner à la seule nécessité.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pickup Chevy.

poussin-bacchanale

« Bacchanales » de Poussin.

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

10 réflexions au sujet de « Un jour, il n’y eut plus grand monde – 9 »

  1. Ou bien mon commentaire est passé dans les indésirables ou bien j’ai oublié de le valider…
    Je parlais de la bacchanale de Poussin mais ne disais rien d’inconvenant…

      • Alors c’est que j’ai quitté la page sans envoyer le commentaire tapé.
        Ce n’était rien de bouleversant de toute façon. Je m’étais seulement avisée que le mot « bacchanale » évoquait pour la plupart des gens une scène orgiaque mais que le tableau de Poussin est gentiment champêtre.

        • Ce n’était pas le genre. Il a simplement interprété un sujet classique très rebattu. Un des plus grand peintre du XVIIème. Claude Levi-Strauss a très bien parlé d’un tableau de Poussin dans, « Regarder écouter lire » (1993), si mes souvenirs sont bons.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s