Un jour, il n’y eut plus grand monde – 17

La salle des tableaux classiques perdit ses tableaux les uns après les autres, réduits en charpie par une mitrailleuse montée sur une Hummer.

En apercevant ce spectacle désolant, Mrs Tiggy-Winckle préféra se consoler quelques instants avec la quinzième lettre des Provinciales de Pascal où le Père Bauny, jésuite, estime, « Qu’il est permis à chacun d’aller en des lieux publics pour convertir des femmes perdues, encore qu’il soit vraisemblable qu’on y pêchera, pour avoir expérimenté souvent qu’on est accoutumé de se laisser aller au péché par les caresses de ces femmes. »

Elle n’appréhendait pas avec exactitude ce qu’étaient des femmes perdues.

Elle aperçut par le grand trou dans le mur, une sorte substance noir qui semblait recouvrir les plaques de neige, autour des cinq Hummer présentes dehors. Elle comprit que la substance noire était composée de dizaine de milliers de minuscules araignées métalliques, qui pénétrèrent dans les voitures.

Le mitrailleur en scaphandre s’écroula inerte, ainsi les autres hommes, après divers hurlements à glacer le sang. 

La grande araignée surgit de derrière les Hummer, ouvrit une trappe en dessous de son torse, et récupéra les minuscules araignées.

Charlottes, pragmatique, se dit qu’ils disposaient au moins d’une Hummer en état de marche, et de quatre Hummer pour les pièces détachées et les pneus.

Avec l’aide de Geronimo et de la grande araignée, Mrs Tiggy-Winckle put colmater, avec de grandes panneaux en bois, le trou dans le mur de la salle des tableaux classiques. Puis elle balaya consciencieusement les trois salles saccagées. Elle ne supportait pas le désordre et la destruction. 

Steve avait retrouvé son ballon de foot et découvert un DVD « Bob l’éponge ». Il restait à créer du courant électrique avec un vélo bricolé.

La soirée fut tranquille. Charlotte put tricoter son doudou, en rêvant à George Clooney. 

Mrs Tiggy-Winckle avait abandonné Pascal pour Proust, et lisait « Du côté de chez Swann ». 

La grande araignée semblait dormir.

Geronimo pédalait sur un nouveau vélo qui produisait de l’électricité, et Steve et Lucas regardaient Bob l’Eponge grâce à un lecteur DVD et une télévision trouvés dans le Musée.

HMMWV_Hummer

bob

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un jour, il n’y eut plus grand monde – 17 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s