Un jour il n’y eut plus grand monde – 23

Le lendemain matin, Steve et Lucas avaient trouvé dans une salle du Musée, une vache chantante multicolore, grandeur nature, en plastique.

Il avaient branché la vache sur le vélo ; ses yeux clignotaient et, lorsqu’on lui caressait la tête, elle faisait meuh et chantait : « I am Cow, eating grass, Methane gas comes out my ass.. »

Ils avaient aussi trouvé un tas de charbon – oeuvre d’art moderne – qui leur servait à alimenter un poêle sur une terrasse du musée, pour faire chauffer du popcorn et, accessoirement, jouer avec des allumettes.

En regardant la vache, Mrs Tiggy-Winckle se souvenait d’une phrase d’A l’ombre des jeunes filles en fleurs« ..J’essayais de trouver la beauté là où je ne m’étais jamais figuré qu’elle fût, dans les choses les plus usuelles. »

Mrs Tiggy-Winckle constatait que cette vache était à la fois ordinaire dans sa représentation, mais qu’elle était aussi une oeuvre d’art, « sans payer de supplément », comme disait Geronimo. Elle eut un instant de découragement devant la complexité de la culture humaine.

Elle fut distraite par le retour de la grande araignée, passablement cabossée, avec une patte en moins. La grande araignée s’affaissa, apparemment épuisée, et rendit compte à Mrs Tiggy-Winckle du succès de sa mission nocturne.

Elle avait du passer un première ligne de défense constituée de deux M1117 Armored Security Vehicles. C’est là qu’elle avait perdu une patte.

Une fois les ASV éliminés, elle avait pointé à nouveau son rayon laser à travers l’entrée, à la puissance maximum. La base avait explosé. Elle avait été projeté à une centaine mètres, et avait atterri en se cabossant le torse.

26316A

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

12 réflexions au sujet de « Un jour il n’y eut plus grand monde – 23 »

  1. pauvre grande araignée, j’espère qu’on la réparera.
    La vache qu’elle soit Klimtienne ou seulement sous acide, est une menteuse, le méthane sort par la bouche.

    • ça me fait penser à cette chanson que chantaient les mômes en colonie de vacances :
      « Mon frère qu’était vétérinaire
      Soufflait dans le trou d’bal des ch’vaux
      Avec un petit tube en verre
      Afin d’les rendr plus forts plus beaux
      Un jours un ch’val récalcitrant
      Lacha un vent dans le p’tit tube
      Mon frère qu’était vétérinaire
      En mourut instantanément… »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s