Un jour il n’y eut plus grand monde – 35

Depuis quelques jours la neige avait complètement disparu. Ils avaient parcouru 1500 km plein sud et s’étaient retrouvés dans une region désertique avec des Yuccas et des Organ Pipe Cactus.

Pour les humains, ils devaient constater que, là non plus, il n’y avait aucun survivant.

Certains bâtiments sur le bord des routes étaient envahis par le sable.

Le monster truck était à l’arrêt devant une station service abandonnée pour refaire le plein du réservoir et remplir les jerricans.

Les animaux sauvages n’avaient pas disparu. Ils s’étaient même multipliés en l’absence de prédateur humain et de toute pollution.

En attendant que la grande araignée perce un trou vers la cuve à essence (sans faire d’étincelles), Mrs Tiggy-Winckle lisait d’un oeil le chapitre, « De quelques autres chofes qui peuvent beaucoup fervir pour avancer dans la Vertu, & pour acquerir la Perfection. »

Mais ses sept yeux restants, analysaient la composition des deux « fantômes » qui jouaient à saute-moutons avec Steve et Lucas. Ce jeu donnait lieu à un paradoxe: lorsque les deux garçons sautaient au dessus des fantômes, ceux-ci devenaient « solides » un court instant, au niveau des mains qui les touchaient.

Les « fantômes » étaient-ils composés de nano particules qui s’agrégeaient d’une façon plus ou moins lâches ? Rien de fantomatique en somme.

Geronimo taquinait un serpent à sonnettes avec un long bâton, jusqu’à ce que Charlotte, lui conseille de plutôt taquiner des petits mammifères.

La grande araignée, grâce à un tuyau souple, transvasa par siphonnage l’essence vers le truck et les jerricans. Geronimo, chargé d’aspirer le liquide, dit : « M’boui, c’est dégueulasse. »

Ils repartirent en emportant toute l’eau et les sodas qu’ils purent trouver. Charlotte, à propos de l’eau, conseilla à Geronimo de se laver dès qu’ils en auraient l’occasion.

Steve et Lucas crièrent au bout d’un moment : « Là, il y a un vrai bateau dans le désert ! » Charlotte répliqua : « C’est pourtant rare les bateaux dans le désert. »

hourglass__by_paikan07_by_paikan07-d8idyub

Certains bâtiments sur le bord des routes étaient envahis par le sable.

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un jour il n’y eut plus grand monde – 35 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s