Un jour il n’y eut plus grand monde – 37

Mrs Tiggy-Winckle lisait un poème de Charles Ier d’Orléans (1394-1465), encadré dans le salon du bateau : « Le temps a laissié son manteau / De vent, de froidure et de pluye, / Et s’est vestu de brouderie, / De soleil luyant cler et beau. / Il n’y a beste, ne oyseau, / Qu’en son jargon ne chant ou crie : / Le temps a laissié son manteau / De vent, de froidure et de pluye… »

Elle pensa que c’était un poème adapté à la situation présente.

Pendant qu’elle lisait le poème, elle nettoyait un meuble et un canapé sous le tableau. Les mini araignées enlevaient toutes traces des cadavres qui étaient restés dans le bateau. Il y avait eu du monde, probablement invités à un fête, si on examinait les restes de bouteilles et autres accessoires présents un peu partout.

Charlotte décida de prendre le temps – pour une fois – et d’enterrer les squelettes dans une fosse commune avec l’aide de la grande araignée. Charlotte lut un petit texte au dessus de la fosse, et Steve et Lucas furent priés de rester sages

Tout le monde fut douché – même Geronimo – grâce aux réservoirs d’eau du bateau. Après, il fallut changer de tenue et brûler les vêtements d’hiver qui puaient presque autant que Geronimo. Les placards du bateau abritaient une impressionnante collection de vêtements dont certains, très élégants, mais peu adaptés à leur style de vie.

Geronimo s’était choisi une tenue élégante, avec des chaussures et des chaussettes rouges, un bermuda à fleurs et une chemise bleue électrique. Charlotte lui dit de s’habiller avec un jean, une chemise discrète et de bonnes chaussures de marche. 

Steve et Lucas s’habillèrent correctement après des  menaces contondantes de la part de la grande araignée.

Il décidèrent de rester dans le bateau pour, d’une part essayer d’éclaircir le mystère du bateau en plein désert et, d’autre, part réfléchir à une stratégie contre leurs poursuivants, si ceux-ci se manifestaient à nouveau.

Les deux fantômes s’étaient évanouis dans la nature.

* Célèbre boutique de sports du Maine : chasse, pêche et randonnée.

Charles-dOrléans

Charles d’Orléans.

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un jour il n’y eut plus grand monde – 37 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s