Un jour il n’y eut plus grand monde – 43

« L’impérieuse exigence de la narration » (Eugène Sue), m’oblige à préciser que Mrs Tiggy-Winckle prit contact avec le vaisseau des araignées, et expliqua leur situation.

L’araignée Mère, patronne du vaisseau, en dépit des affres subies, lui passa un énorme savon.

Le vaisseau géant fut là rapidement et aspira notre petite équipe, y compris la grande araignée, qui commençait à être habituée aux réparations d’urgence.

Parfois la fiction est perçue comme une consolation : lorsque le vaisseau repéra le petit convoi des assaillants, un faisceau laser les réduisit en fines particules.

Le lecteur voudra bien considérer que je n’interviens pas ici comme un « raccommodeur de destinées » *. La nature criminelle des assaillants suffit à justifier leur disparition.

L’araignée Mère fit preuve d’un remarquable sens de l’organisation. Dans le vaisseau de dix km de long, elle fit dégager un espace pour un installer un jardin d’une centaine d’hectares, et aménager une maison. Charlotte fut couchée dans une chambre au décor campagnard.

Geronimo s’était rétabli plus vite que prévu, et ne quittait pas d’une semelle l’araignée Mère, qui correspondait avec lui avec un léger filin flexible qui effleurait sa tête. Geronimo précisa plus tard que l’araignée Mère était « une vraie grande copine, m’boui », mais ne dit rien de plus.

Mrs Tiggy-Winckle profita de ce repos forcé, pour reprendre en main l’éducation de Charlotte, Steve et Lucas, avec un programme serré d’heures de classes. Steve et Lucas firent quelques manières, puis obéirent, menacés par la grande araignée en pleine forme.

Le vaisseau mère reprit ses tours de Terre et poursuivit ses investigations.

Le lecteur me demandera comment sont morts la presque totalité des habitants de la Terre.

Il n’y a pas de réponse. C’est désolant.

Charlotte et ses petits amis ont survécu, car ils étaient immunisés contre un agent mortel

Qui étaient les « fantômes » ? Steve et Lucas dirent qu’ils avaient inventé les « fantômes », et que ce n’est pas leur faute si tout le monde y avait cru. Mrs Tiggy-Winckle reste sceptique ; moi aussi.

Qui sont les « ennemis » ? Ce sont probablement eux qui ont exterminé la population terrestre. Une secte religieuse extrémiste ? Un groupe para-militaire ? Un peu des deux? Nul ne sait.

FIN

* Simenon

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

7 réflexions au sujet de « Un jour il n’y eut plus grand monde – 43 »

  1. FIN avec un point d’interrogation. Est-ce un appel au vote des lecteurs en faveur de la fin ou d’une suite?
    Si c’est une fin, je la trouve satisfaisante. Un vrai happy end, même si on ne sait pas ce que va devenir l’humanité. Est-ce sa fin ou y aura-t-il une descendance? Y-a-t-il encore quelques humains planqués quelque part? Les réponses à ces questions pourraient être fournies dans un éventuel tome II (ou non… N’épuisons pas l’auteur s’il souhaite recharger ses batteries… 😉 ).
    Merci beaucoup pour cette palpitante histoire.
    PS : Mais s’il y a une suite, je ne dis pas non…

      • J’ai tout lu et apprécié. J’aime cette fin. Cela dit une part 44 avec les filles, l’alcool, etc serait une alternative, façon films américains, où le spectateur/lecteur choisit 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s