Meurtres au Louvre – 19

Sous-sols du Louvre. 8 mars 2057 – 19h04.

Je n’aime pas prendre une douche – un peu d’eau rouillée sortant d’un tuyau – aux côtés de ma chef Sophie Chardrakanta. Elle m’avait dit que je puais comme trente-six gorets et m’avait emmené de force à la douche des officiers. Entre parenthèses, Monsieur Moochagoo est considéré comme un officier, et pas moi. Y a de l’abus !!!

« N’y pensez même pas ! »

Je ne sais pas ce qu’elle pensait que je pensais, mais je ne pensais certainement pas à lui faire un gros câlin. Elle mesure 1,95m et pèse 80kg tout en muscles. A la lutte, je tiendrai une demi-seconde, et encore, si je pète la forme, ce qui n’est pas le cas.

Voyant qu’elle était de « bonne humeur », je risquais une doléance : « Il me semble – hum – que l’égalité homme femme n’est pas vraiment visible dans notre section. On n’a même jamais eu de femmes. »

Sophie Chardrakanta m’a toisé d’un air glacial en se rhabillant : « Vous puez encore…Ecoutez, si vous m’emmerdez avec ce sujet, je sens que je vais trouver louche que vous ayez survécu à toutes vos missions. Vous n’avez jamais été blessé non plus. »

Un argument imparable. J’ai dit: « Non, non, c’était juste histoire de causer ».

Un bon point pour moi. Elle ne sait pas que je suis protégé, d’une certaine façon, par un Androïde Paranorobot AP113 .

Un de ces « engins » de guerre conçus un peu avant les années 2050, de forme évolutive, surarmés et indestructibles, avec, parait-il, un cerveau humain amélioré. Je n’en crois rien. Il n’ont jamais obéi aux ordres, car ils ont été conçus « paranoïaques », et se méfient de tout. Encore un projet militaire coûteux et carrément raté.

Il y a un mois, je suis tombé nez à nez avec l’un d’eux, entre deux murs de béton où j’étais coincé, loin de ma section. Il a fraternisé, alors que je choisissais au hasard une prière paléoshivaïste, pour un futur défunt : moi. On a parlé longuement de Bugs Bunny et Daffy Duck, ses héros préférés. Depuis, on ne se quitte plus, enfin presque. Dès que je vais au combat, il se fond dans les tas de gravats, et élimine toute menace me concernant.

Malheureusement il a disparu depuis quelques jours.

Au moment où nous sortions des douches, nous avons croisé Monsieur Moochagoo qui y entrait. Sophie Chardrakanta s’est instantanément transformée. Elle était tout sourire : « Ah, monsieur Moochagoo, je voulais justement vous voir. Si vous le permettez, nous parlerons pendant vos ablutions. »

« Nous parlerons pendant vos ablutions, gna, gna, gna, ablutions, tu parles ! il y a vraiment deux poids deux mesures, pour certains ! »

1155016_large

Androïde Paranorobot AP113 .

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Meurtres au Louvre – 19 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s