Meurtres au Louvre – 23

Grand Palais – 13 mars 2057- 3h25 du matin.

Depuis un quart d’heure je me faisais l’effet d’être une cellule souche hématopoïétique en solde, sauf que les soldes n’allaient pas durer longtemps.

« Entre les balles qui sifflent s’ouvre un néant, » a murmuré Monsieur Moochagoo qui faisait corps avec une poutrelle d’acier.

Clay Gannon aplati derrières des gravats, avait cessé de chantonner.

Nos deux robots auxiliaires sont dispersés sur un rayon de vingt mètres. Franchement je me demande pourquoi on nous impose toujours deux robots. On dirait qu’ils font tout pour se faire mettre « hors-jeu ».

La sixième personne de la section est Madame X ; elle ne semble pas du tout concernée par nos petits problèmes. Assise derrière une portion de mur, elle regarde les étoiles à travers les poussières de suies. Sans casque filtrant l’air, elle doit avoir des poumons en acier, avec décrassage automatique.

Deux heures avant, en sortant enfin de sa réunion avec l’état major féminin de la coalition, elle nous a annoncé qu’elle était affectée à notre section, sans plus de précisions.

Nous sommes revenus à pieds. Le métro ne fonctionne plus, c’est bien regrettable. Il n’y a plus de taxis, ni de véhicules en état de marche. Seuls les chars AVARK90 pourraient nous prendre en stop..et nous mettre en charpie.

Nos potes sous le Louvre ne veulent pas venir nous chercher, car nous n’avons jamais pu les contacter. C’est logique.

Pas de réseau téléphonique. Plus de téléphones satellites depuis que les satellites ont eu la mauvaise idée de redescendre sur terre. 

S’il y a des transmissions qui marchent, en dehors des transmissions à courte distance entre personnes d’une section, on ne nous le dira pas. Secret d’Etat Major.

Bref, nous sommes bloqués entre les ruines du Grand Palais et du Petit Palais, par quelques combattants de l’Alliance bien armés. Mon fusil à linéament quantique LNQ72 a réussi a en éliminer deux avant de s’enrayer, si on peut dire enrayer, pour un fusil qui tire à travers des obstacles en dur, des balles « possibles » qui se matérialisent sur la cible.

Courage, le Louvre n’est pas loin ou alors, « Viva la muerte ».

post-apocalypse-the-last-of-us-2

Le métro ne fonctionne plus, et c’est bien regrettable..

Publicités

8 réflexions au sujet de « Meurtres au Louvre – 23 »

    • Je fais une recherche d’images sur google. Là, j’ai un peu triché. il y avait un panneau « Berlin » que j’ai coupé. (J’ai été dix ans documentaliste, ça aide pour cibler rapidement ce que je cherche.)

        • Depuis qu’il y a des illustrateurs qui se servent de logiciels de peinture (Corel Painter Essentials 3, etc, etc), il devient plus aisé de produire des images comme celles-ci. L’auteur est probablement parti d’une photo prise in situ dans la gare de Berlin. Puis il a ajouté des modifications picturales pour donner un effet « apocalyptique ». C’est assez à la mode en ce moment.

  1. Je viens regarder les images car vous m’avez conseillé de ne plus lire (je ne sais plus quand, je ne sais plus où) – comme le souffleur de biniou et je constate que la végétation reprend le dessus !
    Cela me revient, c’est du Victor Hugo :

    Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
    Les troupeaux de boeufs vont aux abreuvoirs ;
    La lune, sortant des nuages noirs,
    Semble une clarté qui vient par surprise.

    Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
    Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s