La randonnée idéale

Randonnée de Dourdan à Etampes – Dimanche 21 juin 2015 – 22km.

Nous venions de dépasser deux promeneurs qui se croisaient sur le chemin de l’Abbaye de l’Ouÿe. L’un promenait un gros chat en laisse et l’autre un grand chien. Brusquement le gros chat a voulu se jeter sur le chien qui fit un écart. Dieu merci le gros chat fut retenu par sa laisse, puis sermonné pour cet écart de conduite.

De nos jours les chats se croient tout permis. Ma voisine me racontait que son chat, il y a quelques années, avait fait pipi sur le hamster. J’avais voulu lui répondre : « Ah là là, s’il avait fait pipi sur le poisson rouge !! », mais je me suis rappelé qu’elle n’avait pas de poisson rouge.

Ces considérations mises à part, je reprochais à Monsieur Moochagoo de ne pas m’avoir souhaité mon anniversaire le premier juin. Il me fit remarquer que le premier juin nous étions à Maracaibo en 1667, cerné par les pirates et que, dans ces circonstances, il avait oublié. C’était une réponse logique.

Les seuls animaux rencontrés après le chat, furent des chevaux (avec leurs cavaliers), un renard, des lièvres et la petite faune habituelle, dont des mouches vertes sociables. Je n’était pas « Aimé de sa concierge » (Eugène Chavette) *, mais « Aimé de ses mouches vertes ». 

Monsieur Moochagoo, dans une longue ligne droite à travers champs, réfléchissait à : « Qu’est-ce qu’une randonnée ? », présupposant que ce sont les randonneurs qui font les randonnées, que la randonnée idéale se trouve sous forme parfaite, dans l’esprit de celui qui l’a entrevue, et que la randonnée parcourue est la moins imparfaite des randonnées possibles.

Mon moi chargé de comprendre ce qu’on me dit, qui se trouve juste sous la surface de mon esprit, a refusé de monter à la surface, pour m’expliquer les affirmations de Monsieur Moochagoo.

Monsieur Moochagoo avait aperçu un endroit pour déjeuner.

Durant le reste de la randonnée, Monsieur Moochagoo m’entretint de la plume d’oie, qui permet d’écrire avec lenteur.

* Auteur prolifique, qui a écrit l’immortel, « Mayonnaise d’éphémérides et de dictionnaire, assaisonnée par Joseph Citrouillard et retournée par les deux hommes d’État du Tintamarre. » (1852).

thumb_DSC09719_1024

thumb_DSC09732_1024

Publicités

6 réflexions au sujet de « La randonnée idéale »

  1. permettre de penser avec lenteur ça donnerait quoi ?
    et une plume d’oie pour frotter ce qui n’arrive pas à remonter à la surface ça aiderait ? (j’ai le même souci , c’est très gênant quand en est en très bonne compagnie sur un même chemin , … je cherche des solutions )

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s