Plastic spoon killers – 3 (deuxième partie)

Lacan a dit : « Le réel c’est quand on se cogne. » Dans notre cas c’était assez subtil, puisque nous étions coincés dans les décors des ruelles de la Casbah d’Alger.

Plus précisément, nous étions dans le film « Pépé le moko », au moment où la police fait une descente pour capturer Jean Gabin, alias Pépé le moko. Elle nous tirait dessus.

J’avais pourtant prévenu Monsieur Moochagoo de ne pas trop s’approcher de l’écran où était projeté « Quai des Brumes », film dans lequel WWW s’était enfuie.

Nous avions subitement été aspirés par l’écran, pour nous retrouver dans.. »Pépé le moko , en plein tir au pigeons. Les pigeons c’était nous.

Nous nous cognions à un réel artificiel au possible, dans des décors de carton pâte, avec des chansons de Vincent Scotto : « Que faut-il pour être heureux dans la vie ? », (Ma voisine adore ces chansons désuètes).

Monsieur Moochagoo m’a dit : « Si nous nous en sortons, j’abandonne mon métier de tueur professionnel. Trop compliqué. »

WWW est apparue derrière une porte entrouverte. Elle nous fit signe de venir. Nous avons longé un couloir pour nous apercevoir Jean Gabin, lorsqu’il rencontre pour la première fois Mireille Balin. Celle-ci incarne Gaby Gould, la Parisienne qui vient s’encanailler dans les bas-fonds.

Comme Jean Gabin, Monsieur Moochagoo est tombé instantanément amoureux de Mireille Balin. Il avait des yeux de merlan frit et un sourire niais ; un signe indubitable. Dieu merci, l’actrice ne regardait que Jean Gabin.

WWW me dit : « C’est une catastrophe s’il tombe amoureux et interfère avec le scénario. Je risque d’être dérangée dans mes vols de séquences de films. Et puis si Jean Gabin aperçoit Monsieur Moochagoo, il pourrait lancer la réplique, « Reste pas dans mon dos, ça me gratte ! », et ce n’est pas le bon moment pour cette réplique.

Après avoir évité à nouveau quelques tirs de la police, elle nous a raccompagné vite fait hors de l’écran et nous sommes dans le cinéma.

Monsieur Moochagoo est parti faire retraite une semaine dans un monastère trappiste, pour réfléchir sur sa nouvelle vie. Je crains le pire.

Pepe le Moko 2

 

 

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Plastic spoon killers – 3 (deuxième partie) »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s