Ce n’est pas gai

Avec tous les soucis et les tristesses actuelles qui nous assaillent, j’ai envoyé un message à mon Brobusalon (mon ami imaginaire jusqu’à sept ans). 

Il m’a fait remarquer qu’on ne s’étaient pas vus depuis longtemps, mais qu’il était toujours là, dans un coin de mon esprit, prêt à m’aider.

Je lui ai demandé, puisqu’il était plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur, s’il pouvait engranger des tristesses de l’extérieur dans son vaste intérieur, de façon à les maîtriser.

Il m’a dit : « Doucement, faut pas forcer. La lecture, ça pourrait aider contre les tristesses extérieures. Un petit roman gothique ? « Le Château d’Otrante, histoire gothique », d’Horace Walpole ? »

J’ai répondu, « La lecture, ça n’a jamais enlevé la tristesse de l’extérieur. »

Il éluda ma remarque. « La tristesse sert à digérer la réalité qui s’impose à nous quand ça va mal. »

Mon Brobusalon avait sérieusement muri avec le temps. Je lui ai dit : « Bon, je vais essayer de digérer tes conseils. On va se revoir, mais faut pas forcer, c’est vrai. »

ZZ69

Un des avatars du Brobusalon.

bear in boat_jk

Ce n’est pas gai. (« Bear in Boat, » by Joyce Koskenmaki.)

Publicités

11 réflexions au sujet de « Ce n’est pas gai »

  1. Cet avatar du Brobusalon regarde vers le haut , en faisant une drôle de tête .
    Ce chapeau est il vraiment aproprié ? (Je viens d’ajouter Brobusalon à mon dictionnaire numérique)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s