Plastic spoon killers – 4

« Captain Hook never breaks a promise. » (Le capitaine Crochet tient toujours ses promesses.) C’est la phrase fétiche de Monsieur Moochagoo.

Il était revenu de son séjour chez les Bénédictins, calme et confiant, plus sûr de lui. Il avait un contrat avec un service officiel de lutte contre les trafics de drogue.

Apparemment les trappistes l’avaient fait quitter la partie obscure de son métier pour agir dans la légalité (enfin presque). Les services lui avaient dit qu’ « ils nieraient avoir eu connaissance de nos agissements s’il y avait un « problème ». »

Notre victime était un professeur de philosophie qui avait écrit une thèse sur Bachelard. Celui-ci avait affirmé dans « La terre et les rêveries de la volonté » que «L’imagination trouve plus de réalité à ce qui se cache qu’à ce qui se montre.»
Cela tombait bien, nous devions lui faire avouer ce qu’il cachait en réalité dans ses cours de philosophie qui, parait-il, dissimulaient des phrases cryptées pour des élèves trafiquants de drogue.

Notre professeur était ligoté sur une chaise, dans un hangar où étaient entreposés les chars en papier crépon d’un cortège nautique, pour la Fête des Patates de Craponne sur Vierzon. Une fête tombée en désuétude après 1975.

Monsieur Moochagoo, qui portait un masque de Socrate, lui avait fait écouter un livre audio pendant 8h24 : le « Traité du gouvernement civil » (1690) de John Locke (1632-1704). J’avais moi-même un masque de Platon et des bouchons dans les oreilles.

Le professeur commençait à faiblir et marmonnait des phrases de Heidegger en allemand, ce qui était une preuve tangible de son épuisement.

Nous nous apprêtions à lui faire écouter, « De L’âme » d’Aristote. Le livre audio dure 5h. Il eut un râle de refus, et il fallut lui donner un remontant sous forme d’un grand verre de Vodka. Il reprit ses esprits, bien qu’ils me parussent un peu brumeux.

Il murmura : « glissement dans le kitsch inaliénable du néant », puis : « C’est la prochaine phrase crypté pour la livraison de drogue, elle permet, si on additionne la valeur des mots, de savoir quand arrive la prochaine livraison de drogue à un endroit convenu. La valeur est 411. Donc c’est à 4h du matin, le 1er Janvier. »

Nous avions réussi notre première mission « honnête » !!! Grâce à « De L’âme » d’Aristote et aux trappistes, qui avaient changé Monsieur Moochagoo !! Alleluia!

886952_10153397380371936_7783681174471449572_o

Publicités

9 réflexions au sujet de « Plastic spoon killers – 4 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s