Coucou

Ma voisine avait vu sur un DVD, « Le troisième homme » de Carol Reed. C’est l’histoire d’un médiocre écrivain américain, Holly Martins (Joseph Cotten), qui se rend à Vienne à la demande de son ancien camarade d’études Harry Lime (Orson Welles), qui lui laisse entendre qu’il pourrait gagner de l’argent.

Mais lorsque Holly Martins arrive à Vienne, c’est pour assister aux obsèques de Harry Lime, renversé par une voiture. Rencontrant les amis peu recommandables de Harry, il commence à douter des circonstances de l’accident. Il obtient, en menaçant les amis de Harry, de rencontrer celui-ci, bien vivant, mais mêlé à des trafics odieux.

Lorsqu’il reproche à Harry ses errements, celui-ci répond [Orson Welles est extraordinaire dans cette scène] :

« Don’t be so gloomy. After all it’s not that awful. Like the fella says, in Italy for 30 years under the Borgias they had warfare, terror, murders, and bloodshed, but they produced Michelangelo, Leonardo da Vinci, and the Renaissance. In Switzerland they had brotherly love – they had 500 years of democracy and peace, and what did that produce? The cuckoo clock. So long Holly. »

(Ne soyez pas si sombre. Après tout ce n’est pas si abominable. Rappellez-vous qu’en Italie, sous les Borgia, pendant trente ans, il y a eu la guerre, la terreur, des meurtres et des assassinats : cela a donné Michel-Ange, Léonard de Vinci et la Renaissance. En Suisse ils ont eu l’amour fraternel – ils ont eu 500 années de démocratie et de paix, et qu’est-ce que cela a produit ? Le coucou ! A plus Holly !)

Ma voisine, dont une partie de la famille est Suisse, trouvait que cette allusion au génie suisse, seulement capable d’inventer le Coucou, était particulièrement offensante de la part d’Orson Welles (celui-ci avait fait ajouter cette mention au coucou).

Je la consolais en lui confiant que ce sont les allemands auraient inventé le coucou au XVIIIème siècle.

En revanche, je revendiquais pour la France, l’invention des trous dans l’Emmental – le Gruyère suisse a très peu de trous. Grâce à ces trous, il existe un paradoxe remarquable, que le monde nous envie : « Plus il y a de fromage, plus il y a de trous; or plus il y a de trous, moins il y a de fromage ; donc plus il y a de fromage, moins il y a de fromage.« 

Je finis par dire à ma voisine : « Je concède à la Suisse la popularisation de la cloche à vaches qui, en tintant, a l’accent caractéristique du Valais. »

Bon, ma voisine est partie fâchée..

Cuckoo_clock_cartoon_by_Ub_Iwerks

(Messagerie : ekand4460@yahoo.fr)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Coucou »

  1. N’oublions pas, au crédit des Suisses, des établissements financiers particulièrement performants pour gérer les gros comptes! ( là, la voisine me fusillerait! 😉 )

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s