Au sec

Randonnée du Dimanche 28 février 2016. Forêt de Fontainebleau – 18km.

J’étais en réunion à l’intérieur de moi-même pour savoir si j’avais eu raison de ne pas aller au Salon de l’Agriculture, et puis je me suis souvenu que je n’y allais plus depuis dix ans. Comme je suis distrait !

Monsieur Moochagoo se plaignait des randonneurs plagiaires. Je n’ai pas réussi à lui faire préciser ce qu’il entendait par là ; mais il avait des preuves anecdotiques de comportements plagiaires suspects.

Nous venions de croiser six randonneurs qui faisaient au moins cinq cent ans à eux tous. Cela nous donnait un certain espoir, pour quand nous serions cacochymes.

Contrairement aux randonnées précédentes en Forêt de Rambouillet, les chemins sablonneux étaient secs. Il y avait un embryon de soleil, mais un vent froid qui donnait envie de se faire livrer une pizza. Monsieur Moochagoo me fit remarquer que seuls les gogolitos ou la Princesse Leia, voudraient se faire livrer une pizza en pleine forêt (et à condition que le livreur nous trouve).

Nous avons déjeuné sur une table en pierre au Point de Vue du Camp de Chailly, où nous n’avons vu quatre coureurs venus admirer la vue – deux filles et deux garçons – de très bonne famille, mais incapables de dire bonjour. A l’inverse, un couple de promeneurs, bons vivants et bien en chairs, nous ont salué avec sympathie.

L’après-midi, nous avons vu aux Rochers de Cuvier Châtillon un grand groupe de varappeurs danois. La varappe (éventuellement danoise), à Fontainebleau, se pratique sur des rochers de trois ou quatre mètres de haut.

Monsieur Moochagoo m’avoua que, lorsqu’il était petit, il adorait faire de la varappe sur son lit en mezzanine. Arrivé en haut, il faisait un salto de la mort (avec un matelas posé en bas).  Sa mère avait rapidement mit fin à ses exploits d’acrobate.

Je notais aussitôt ce qu’il m’avait dit. Les confidences de Monsieur Moochagoo sur son enfance sont rarissimes.

Belle journée !

DSC03152

Chemins secs.

DSC03137

Table en pierre.

DSC03135

Génie chevelu des forêts.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Au sec »

  1. Quand nous nous baladons dans les dunes, nous avons pu constater que les piétons que nous croisons disent souvent bonjour, mais les cyclistes presque jamais.
    Il semble y avoir un système de castes.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s