Les cerveaux actuels ne valent plus ceux d’autrefois

Moochagoo : Je suis en train d’écrire une nouvelle. Je fais très attention au choix de mes mots. Je les sélectionne soigneusement avant de les coucher sur le papier.

Moi : Je serais curieux de voir ces mots sélectionnés et couchés avec soin. Vous comptez écrire dans ce style néoclassique que vous prisez, proche d’Anatole France, ou mieux de Paul Bourget ?

Moochagoo : Vous avez de la chance, je suis de bonne humeur. Je n’ai jamais eu l’intention de révolutionner la littérature.

Moi : Vous abandonnez vos lectures sur le signifiant/signifié, les paradigmes métonymiques et toutes sortes de tropes étranges ?

Moochagoo (silence peiné) : Pour en revenir à ma nouvelle, j’affiche les mots à la porte de mon esprit, puis les fait entrer afin créer des phrases signifiantes. C’est essentiel, vous comprenez ? Ne méprisez pas l’usage des tropes. Ils permettent d’exprimer les différents sens avec lesquels on peut utiliser un mot pour une langue donnée.

Rien qu’à penser à l’usage des tropes, j’avais l’impression que mes neurones étaient écrasées par un rikishi.

« Les cerveaux actuels ne valent plus ceux d’autrefois », me dit toujours ma voisine.

Moochagoo : Un mot, c’est ce qui vient se placer entre deux autres mots. Et, ce qui se passe – se bricole à notre insu – entre les trois mots, m’intéresse.

J’avais de gouttes de sueur qui coulaient dans mon dos.

J’ai pris congé car je m’étais soudain souvenu que je devais aider ma voisine à démonter entièrement sa machine à laver.

Il ne m’a pas cru.

Belle journée !

4713e872fba3e493e8cc5923f7076598

Publicités

7 réflexions au sujet de « Les cerveaux actuels ne valent plus ceux d’autrefois »

  1. J’ai oublié la date exacte de l’invention du cerveau. Etait-ce avant la machine à vapeur, avant la roue ou encore avant le feu ? Il faudrait passer le plus ancien spécimen retrouvé au carbone 14 pour estimer vaguement son age. Puis mesurer sa circonférence et la comparer aux modèles actuels pour juger s’il valait mieux. Connaîtra-t-on un jour le prénom de « la voisine » ?

    • Ce sont les « Die Fragmente der griechischen Historiker » – 15 volumes – sous la direction de Felix Jacoby (1876-1959). Cette compilation fut hélas laissée inachevée à la mort de Jacoby en 1959. Gross malheur !!!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s