Tête de veau

« Qu’est-ce que cent ans, qu’est-ce que mille ans, puisqu’un seul moment les efface ? […] Que vous servira d’avoir tant écrit dans ce livre, […], puisque enfin une seule rature doit tout effacer ? […] dans ce grand gouffre du néant. Il n’y aura plus sur la terre aucun vestige de ce que nous sommes. » 

Monsieur Moochagoo était mélancolique, et lisait pour se réconforter le « Sermon sur la mort » de Bossuet.

J’étais content qu’il médita ainsi sur ses fins dernières, mais lui fit remarquer qu’un livre divertissant ferait mieux l’affaire pour sa mélancolie. Seul le style de Bossuet était réconfortant. (Si on le compare aux ânonnement ou aux discours pâteux de certains écrivains contemporains).

Il leva la tête et me répondit qu’après avoir commis tant de billets de blog – passables et c’était un euphémisme – je devais considérer que c’était un vain exercice, puisque enfin une seule rature doit tout effacer.

Je trouvais sa remarque déplacée, non pas pour l’effacement de ma personne, mais pour avoir jugé mes billets passables (au mieux).

Là, j’étais vexé.

Je lui demandais pourquoi il ne lisait pas les compte-rendus de la mort de ceux qui étaient passés sur la bascule à Charlot ? Ce serait plus direct et emprunt de vérité.

Monsieur Moochagoo me regarda comme Jean Gabin en train de dire : « Moi qui te parle, j’aime la tête de veau. » Et il poursuivit sa lecture.

Belle journée !

df2adde01e123c864818516b1d7563c2
« Désolé RIP, mais tu dois mourir. »
Publicités

7 réflexions au sujet de « Tête de veau »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s