Mode

De la main droite, Tante Germaine faisait griller un épis de maïs dans la cheminée de sa maison de campagne. Elle avait dans la main gauche un verre de cognac de trente ans d’âge.

Elle en avait marre des chichis de la mode. Elle dit, en terminant son cognac, qu’elle allait désormais s’habiller avec des vêtements trouvés dans des braderies.

« Les grands couturiers sont des animaux crypto-zoologiques dilatés. Ils ont le cerveau gonflé à la pompe à vélo. »

Je remplis à nouveau son verre pour la calmer. Le maïs avait brûlé d’un seul coup. Je me rattrapais sur un chocolat suisse de Singapour (bien meilleur que le chocolat suisse de Moldavie.)

Pour ma part, je n’ai rien contre la mode, mais je fais ce que je veux en matière de vêtements. (Et les filles squelettiques au regard borné ne me feront certainement pas aimer la haute couture). 

J’attendais la suite.

« Ma garde-robe sera uniforme et d’une rugosité granuleuse, loin des créations endogamiques d’une mode de bachi-bouzouks. »

Le deuxième maïs a encore brulé et on a trinqué.

Plaisante soirée !

50df2d46f269e2d905e68bc28518b7ac

Publicités

9 réflexions au sujet de « Mode »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s