Deuxième sous-sol

Monsieur Moochagoo mangeait un sorbet à la pomme verte. Il me proposa de le partager, ce que j’acceptais immédiatement.

Il était soucieux et recherchait quelque chose. Il finit par dire : « Autant chercher un distributeur de préservatifs dans un confessionnal ! »

Je vérifiais rapidement qu’aucune oreille versaillaise « traditionnelle » ne l’avait entendu. Par les temps qui courent..

Je lui confiais que j’avais lu le compte-rendu d’une conférence tenue par l’écrivain japonais Haruki Murakami *.

Une phrase m’avait intéressé : « Écrire un roman, c’est comme aller au fond d’un deuxième sous-sol très sombre, dont vous ne connaissez pas l’issue. (…) Pour créer quelque chose, les romanciers ou les musiciens ont besoin de descendre l’escalier et de trouver un passage descendant au deuxième sous-sol. »

Je me demandais ce que je trouverais dans mon propre deuxième sous-sol très sombre.

« Vous trouverez peut-être ce que je cherche dit Monsieur Moochagoo. Si c’est le cas prévenez-moi ! »

Je demandais des précisions sur l’objet de la recherche : Un squelette dans un placard ? Une Chose terrifiante tapie dans la cave ? Un fantôme familial importun? Les grillons disparus de la station de métro Opéra ? La partition de l’opérette, « The Mikado or The Town of Titipu », de Sir Arthur Seymour Sullivan ?

Il resta coi.

L’attitude de Monsieur Moochagoo me faisait penser au proverbe chinois : « Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout quand il n’y est pas. »

Bref, qu’allais-je trouver dans mon deuxième sous-sol très sombre ? Serais-je soumis à la tyrannie du choix entre un roman de gare, un roman d’aventures, un roman d’horreur, une étude sur le sommeil des girafes ?

Devrais-je dire comme Mikado, l’empereur du Japon  : « My object all sublime / 
I shall achieve in time » (Mon sublime objectif / Je saurais bien l’atteindre) ?

Belle journée !

* Le 6 mai 2013, Université de Kyoto.

sleeping-giraffe-copy

Publicités

4 réflexions au sujet de « Deuxième sous-sol »

  1. N’ayant pas de deuxième sous-sol, je n’écrirai jamais de roman (mais je m’en doutais un peu).
    Je n’ai pas non plus de sorbet à la pomme verte . Par contre j’ai du shampooing à la pomme verte qui sent très bon:!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s