Taïaut ! Taïaut ! – 2017

Monsieur Moochagoo avait décidé de faire un nouvel essai, le soir du nouvel an, pour capturer un lombric rose géant.

Je m’étonnais de tant de détermination alors que nous étions dans un épais brouillard givrant. Nous distinguions à peine les mégalithes de l’Anneau de Brogdar. Un vrai décor pour Le Chien des Baskerville.

Et si nous étions attaqués par un chien démoniaque ? Ou dévorés par un monstrueux lombric rose aux yeux verts phosphorescents ? Quelle angoisse ! Monsieur Moochagoo aurait pu décider d’aller à la chasse au caribou.. 

Ma voisine aurait dit : « Ah oui, mais on ne fait pas d’omelette sans que la caravane passe. » (Un aphorisme que je n’ai pas entièrement compris.)

Monsieur Moochagoo avait demandé conseil à son Maître Zen japonais qui avait guidé ses  premiers pas dans la méditation, une dizaine d’années auparavant.

Celui-ci lui avait recommandé de méditer sur l’Utsukushii (affection pour des choses petites et fragiles), et de garder un état de « non-esprit » ou de « non-pensée » lors de notre chasse au lombric.

Perdu au milieu d’un brouillard givrant et loin de tout, j’aurais bien voulu cultiver mon non-esprit pour avoir moins peur.

Monsieur Moochagoo avait lu dans les forums spécialisés que le soir du 31 décembre, quelques secondes avant le passage du nouvel an, il fallait charmer le lombric rose géant avec un chant religieux populaire, de préférence chanté faux.

Je lui proposais – malgré mes angoisses – de chanter au moment adéquat, « Sainte Anne, ô bonne Mère ! Toi que nous implorons : Entends notre prière… »

Il paraît que je chantais tellement faux que le lombric géant sortit du brouillard à minuit pile – à quelques mètres de nous – « avec un air béat. »

Nous nous sommes précipités avec notre grand filet. 

Le lombric géant s’immobilisa et dit d’une belle voix de basse : « La phrase : « cette phrase a vingt sept lettres, » a vingt huit lettres, » puis il disparu dans le brouillard.

Je tapotais la main de Monsieur Moochagoo en lui proposant un verre de whisky « Elements of Islay » *. Il n’avait pas encore bu, mais avait les yeux dans le vague et murmurait des phrases incohérentes.

J’eu du mal à le ramener à notre Guest House.

* Port Charlotte 2001, le meilleur.

ymduus7ssqghdhvjxrcgg_thumb_351a

Publicités

2 réflexions au sujet de « Taïaut ! Taïaut ! – 2017 »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s